NON-INTERVENTION


NON-INTERVENTION
NON-INTERVENTION

NON-INTERVENTI

Principe suivant lequel aucun État n’a le droit de s’ingérer dans l’examen et la solution d’une affaire relevant de la compétence d’un ou de plusieurs autres États. Ce principe a souvent été violé dans le passé (Sainte-Alliance, protection par un État de ses ressortissants et de leurs biens à l’étranger au XIXe siècle, intervention en Russie après la révolution d’Octobre) et au cours de la période actuelle (interventions de l’U.R.S.S. en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968 et en Afghanistan en 1979; des États-Unis au Guatemala en 1954, en République dominicaine en 1965, au Vietnam de 1964 à 1973 et à Grenade en 1983).

Pourtant, le principe fait actuellement partie du droit international positif. Il constitue le corollaire d’autres principes proclamés par la Charte des Nations unies: l’autodétermination, l’égalité souveraine des États, l’interdiction du recours à la menace ou à l’emploi de la force (sauf en cas de légitime défense individuelle ou collective contre une attaque armée, ou lorsqu’une action est décidée par le Conseil de sécurité pour répondre à une menace contre la paix, à une rupture de la paix ou à une agression, ou encore lorsqu’il s’agit d’actions d’organismes régionaux). La Charte interdit à l’O.N.U. (et a fortiori à ses membres) d’intervenir dans les affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un État. Aussi la Cour internationale de justice a-t-elle considéré, en 1949, «le prétendu droit d’intervention [...] comme la manifestation d’une politique de force, politique qui, dans le passé, a donné lieu aux abus les plus graves et qui ne saurait, quelles que soient les déficiences présentes de l’organisation internationale, trouver aucune place dans le droit international».

Le recours par un État à la menace ou à l’emploi de la force est interdit même lorsqu’il s’exerce à la demande du gouvernement d’un autre État au sein duquel une insurrection se produit. Le droit de tout État de choisir son système politique, économique, social et culturel — réaffirmé par les résolutions de l’Assemblée générale sur la non-intervention (1965) et sur les principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États (1970) — s’oppose à toute intervention de cette nature.

Le principe de non-intervention exclut non seulement le recours aux actions armées «mais aussi toute autre forme d’ingérence ou toute menace, dirigée contre la personnalité d’un État ou contre ses éléments politiques, économiques et culturels» (résolution précitée de 1970).

Cependant, l’O.N.U. estime qu’elle a le droit d’intervenir pour assurer le respect de certaines normes fondamentales (droit de l’homme, non-discrimination) ou du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et que les États ont le devoir de favoriser le respect de ces normes et droits; les peuples dépendants, en particulier, ont le droit de chercher et de recevoir un appui conforme aux buts et aux principes de la Charte (résolution précitée).

Le principe de non-intervention constitue donc une norme fondamentale, mais son contenu et ses limites par rapport à d’autres normes de ce genre n’ont pas encore été déterminés par le droit international moderne avec toute la précision souhaitable.

non-intervention [ nɔnɛ̃tɛrvɑ̃sjɔ̃ ] n. f.
• 1830; de non et intervention
Attitude d'un gouvernement qui s'abstient d'intervenir dans les affaires d'un pays étranger, et spécialt dans ses querelles intestines ou dans ses conflits avec d'autres peuples. non-ingérence. Politique de non-intervention. Blum « avait opté pour la “non-intervention” » (Beauvoir). Non-intervention et neutralisme. aussi laisser-faire. ⊗ CONTR. Intervention.

non-intervention nom féminin Attitude d'un État qui n'intervient pas dans les affaires des autres États, en particulier dans les conflits.

non-intervention
n. f. Attitude d'un état qui s'abstient d'intervenir dans les affaires d'autres pays.

⇒NON-INTERVENTION, subst. fém.
A.DR. PUBL. INTERNAT. Fait, pour un État, de ne pas intervenir militairement dans les affaires intérieures ou extérieures d'un autre État. Le principe de la non-intervention est une erreur de la faiblesse. Si nos idées d'indépendance nationale succombent en Pologne et en Belgique, nous ne résisterons pas, comme en 1793, pendant vingt ans à l'Europe (BALZAC, OEuvres div., t.2, 1830, p.111). Maintenir avec rigueur et dans toutes ses conséquences le principe reconnu de non-intervention, afin de s'assurer l'appui des peuples dont l'existence a le même fondement que la nôtre (LAMENNAIS ds L'Avenir, 1831, p.357). Ce sont les avions vendus par l'U.R.S.S. après que celle-ci a dénoncé la non-intervention (MALRAUX, Espoir, 1937, p.783).
B.Rare. Fait de ne pas intervenir. La délicatesse technique de l'oeuvre tenait précisément à cette non intervention du thème (DU BOS, Journal, 1922, p.90).
REM. 1. Non-interventionnisme, subst. masc. Fait de ne pas intervenir dans le cours des choses. Le non-interventionnisme (...) de Jacques a dû être fonction de Gide d'abord, puis —et plus tenacement encore —de Proust (DU BOS, Journal, 1925, p.311). Un autre égoïsme, semi-inconscient, s'insinue dans leur conduite à la faveur d'une sorte de laisser-aller et de non-interventionnisme nonchalant (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.474). 2. Non-interventionniste, subst. et adj. a) Subst. Partisan de la non-intervention (d'apr. Ac. Compl. 1842). b) Adj. ,,Conforme au principe de la non-intervention`` (Lar. 19e).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1835. V. non-. Étymol. et Hist. 1830 (BALZAC, loc. cit.). Comp. de non- et de intervention. Fréq. abs. littér.:10.

non-intervention [nɔnɛ̃tɛʀvɑ̃sjɔ̃; nɔ̃-] n. f.
ÉTYM. 1830; de non, et intervention.
Polit. internat. Attitude d'un gouvernement qui s'abstient d'intervenir dans les affaires d'un pays étranger, et, spécialt, dans ses querelles intestines ou dans ses conflits avec d'autres peuples. || Politique de non-intervention ( Abstention). || Principe de non-intervention, proclamé en 1823 par Monroe, Président des États-Unis.
0 Ils ont fait du principe de la non-intervention la jonglerie politique la plus odieuse, une sorte de paravent derrière lequel ils se sont mis à genoux pour mendier la reconnaissance de la Russie.
Balzac, Enquête sur la politique des deux ministères, in Œ. diverses, t. II, p. 357 (1831).
CONTR. Intervention.
DÉR. Non-interventionniste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Non-intervention — is the norm in international relations that one state cannot interfere in the internal politics of another state, based upon the principles of state sovereignty and self determinationOverviewThe concept of non intervention can be seen to have… …   Wikipedia

  • non-intervention — (n.) 1831, from NON (Cf. non ) + INTERVENTION (Cf. intervention) …   Etymology dictionary

  • non-intervention — non inter vention n [U] the practice by a government of not getting involved in the affairs of other countries ▪ The British government may have to abandon its policy of non intervention . >non interventionist adj ▪ a non interventionist… …   Dictionary of contemporary English

  • non-intervention — ► NOUN ▪ the policy of not becoming involved in the affairs of others. DERIVATIVES non interventionist adjective & noun …   English terms dictionary

  • non-intervention — N UNCOUNT Non intervention is the practice or policy of not becoming involved in a dispute or disagreement between other people and of not helping either side. Generally, I think the policy of non intervention is the correct one. Ant:… …   English dictionary

  • non-intervention — (no nin tèr van sion) s. f. Absence d intervention.    Système de non intervention, système de politique internationale, qui consiste à ne pas intervenir dans les affaires des peuples voisins, et simultanément à ne pas permettre que les autres… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • non-intervention — noun (U) the practice by a government of not trying to influence or become involved in the affairs of other countries or organizations: a policy of non intervention in internal affairs …   Longman dictionary of contemporary English

  • Non-intervention — Non interventionnisme Le non interventionnisme est une politique par laquelle un État ne participe pas aux affaires militaires intérieures ou extérieures d un autre État. Voir aussi Isolationnisme Ce document provient de « Non interventionnisme » …   Wikipédia en Français

  • non-intervention — noun the policy of not becoming involved in the affairs of others. Derivatives non interventionism noun non interventionist adjective &noun …   English new terms dictionary

  • NON-INTERVENTION — n. f. T. de Politique Principe du droit des gens en vertu duquel on ne devrait pas intervenir, militairement ou par menace, dans les affaires des autres peuples; Convention par laquelle on s’engage à ne pas intervenir dans les affaires d’un pays …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)